Et pour sanction la vie sous peine de mort l’alphabet de l’espace

img26Descendant d’un vieux château où Tacfarinas vécut et mourut en chef et guerrier, MESSAOUR Boulanouar se veut poète de guerre et de paix à la fois et homme d’un seul poème aux multiples variances et nuances qui disent les hautes chevauchées numides de jadis et de naguère.

.

Ourdies souvent dans la peine et parfois dans la joie, les images et les métaphores en gardent l’ambivalence et le refrain. Couleur d’un « soir d’améthyste », « couleur d’orchidée bleue », la douleur se surmonte, se dépasse et se transcende en un lyrisme qui n’a pour corollaire que celui d’un Paul Eluard ou d’un Van Gogh.

Ses références à la poésie occidentale ne déracinent pas le poète de son ancrage culturel personnel. Mon pays, dit-il, est immense. Il agrandit le monde.

 

Auteur : Messaour Boulanouar

Mars 2008

ISBN 978-9961-759-58-5

Articles similaires :

 

Résidence Nour, 7 Rue de l'abattoir, Chéraga
Tél : (+213) 0555 013 014

 

Logo Point virgule

Résidence Nour, 7 Rue de l'abattoir, Chéraga
Tél : (+213) 0555 013 017

Vous êtes ici : Accueil | Livres | Recueil de Poème | Et pour sanction la vie sous peine de mort l’alphabet de l’espace