Les eaux d'Alger

les-eaux-dalgerLe premier siècle de la Régence ottomane d’Alger (XVI-XIXe siècles) représente une période cruciale de son histoire urbaine. Quatre aqueducs sont construits ainsi qu’un système d’égout de type unitaire. Il est établi selon les anciens rus où toutes les latrines domestiques se connectent. Ces aqueducs franchissent les terrains vallonnés d’Alger par de nombreux ouvrages d’art, tels les ponts, tant représentés dans les iconographies du début de la conquête française, ou les souterazi, technique hydraulique aujourd’hui tombée dans l’oubli.

L’eau canalisée est distribuée principalement aux fontaines publiques. Une importante corporation de porteurs d’eau charrie ce liquide jusqu’aux maisons. Selon certaines sources, on dénombre près de 1.000 porteurs d’eau entre esclaves et Maures. De surcroît, le remplissage des cruches aux fontaines obéit à un ordre social bien établi.
L’eau des aqueducs n’aboutit jamais aux modestes maisons, mais elle est néanmoins distribuée aux palais. Les particuliers n’ont donc pas le même privilège et se contentent de l’eau des fontaines de quartier, de leur puits et de leur citerne d’eau pluviale, à l’instar de nombreuses villes côtières du bassin méditerranéen.

 

 

Auteure : Dalila OUZIDANE
ISBN: 978-9947-63-044-0 

 

Résidence Nour, 7 Rue de l'abattoir, Chéraga
Tél : (+213) 0555 013 014

 

Logo Point virgule

Résidence Nour, 7 Rue de l'abattoir, Chéraga
Tél : (+213) 0555 013 017

Vous êtes ici : Accueil | Livres | Beaux Livres | Les eaux d'Alger